14 janvier 2019

Mettre de l’eau dans son vin

 

Vous avez certainement déjà entendu l’expression « mettre de l’eau dans son vin ». Mais quelles en sont les origines ? Nous vous expliquons tout dans ce nouvel article.

 

 

Les origines mythologiques et antiques de l’expression « mettre de l’eau dans son vin »

 

Il y a tout d’abord les origines mythologiques et antiques pour « mettre de l’eau dans son vin ».

 

Chez les Grecs, Dionysos est dit être celui qui livra le secret du vin aux hommes. Il  leur enseigna aussi la bonne manière de le boire, c’est-à-dire coupé d’eau, pour éviter que le chaos s’installe ici-bas. Chez les Romains, l’idée est attribuée à Bacchus lui- même, quoiqu’il fût le dieu du vin. Il semblerait en effet que les dieux du vin ne fassent pas confiance au commun des mortels pour boire avec modération.

 

 

Bacchus, le dieu du vin

Ainsi, Pythagore, philosophe grec, cite, dans son ouvrage des Apothéoses, Achéloüs comme le véritable inventeur de la sobriété. Il écrit en effet: « Crotoniates, gardez la mémoire d’Acheloüs, magistrat suprême de l’Etolie, contrée de la Grèce centrale, qui le premier mit de l’eau dans son vin. » Pour la petite histoire, Achéloüs est aussi connu pour la corne d’abondance…. Montaigne, un peu plus sceptique, (XVIe siècle) écrit dans ses Essais (livre III, chapitre 13) : « Cranaüs, roy des Athéniens, fut inventeur de cet usage de tremper le vin, utilement ou non, j’en ai vu desbattre. »

Quoiqu’il en soit, le vin pur était réservé aux dieux de l’Olympe, car eux, semble-t-il savaient se tenir (pourtant il me semble que la mythologie regorge d’histoires où ils ne le font pas… mais c’est la prérogative des dieux !). Les philosophes et les historiens grecs ont tous donné leur éloge au vin mélangé avec de l’eau, probablement parce qu’ils avaient reconnu les fautes et quelquefois même les crimes qu’engendre l’ivresse.

 

Difficile d’expliquer de boire en modération à l’époque… alors il convient de saluer la sagesse de ces peuples antiques qui érigèrent des statues à ceux qui leur apprirent à se modérer dans l’usage du vin.

 

« Mettre de l’eau dans son vin », un tournant au Moyen age

On avance jusqu’au Moyen Age….  En effet c’est à cette époque que nous retrouvons l’expression proprement utilisée…. Basée sur son côté très littéral mais aussi figuré….  En effet au Moyen Age, il était fréquent d’allonger le vin avec de l’eau. C’était une manière de rendre la boisson moins enivrante et plus désaltérante.

 

Les médecins recommandaient de boire la plupart des vins coupés d’un peu d’eau. Certes pour des questions de sobriété et de digestion, mais dans bien des cas, c’était plutôt l’eau que l’on coupait d’un peu de vin pour la nettoyer et la purifier, même pour les enfants. Aujourd’hui, il nous paraîtrait criminel d’allonger notre verre du Domaine des Oullières d’un trait d’eau, mais ce fut l’usage pendant près de trois millénaires…. Et notre grand-mère le fait toujours, nous devons bien l’avouer, comme beaucoup de personnes de sa génération….

 

Dès le milieu du XVIe siècle, l’expression prend  un sens figuré pour signifier « modérer ses ambitions, ce que l’on dit ». En 1636, Fleury de Bellingen donne déjà cette définition : « modérer ses passions comme la chaleur excessive du vin est tempérée par le meslange de l’eau ». Aujourd’hui , elle ne concerne plus les passions mais ses exigences ou ses prétentions, qu’il faut revoir à la baisse.

 

Voltaire dans Lettres en vers et en prose nous le démontre:  « Il n’est pas juste que le vin d’un roi du Nord égale celui d’un roi de France, surtout depuis que le roi de Prusse a mis de l’eau dans son vin par sa paix de Breslau. »

Outre la pratique donc, « mettre de l’eau dans son vin » exprime l’idée de plus en plus de revenir d’un emportement passager et rentrer dans la modération. Ou bien encore réduire les projets ambitieux à une mesure sage et dont l’exécution soit possible.

Et maintenant, quel avenir pour « mettre de l’eau dans son vin »?

 

En résumé, on peut dire que l’homme sage met de l’eau dans son vin pour éviter l’ivresse. Tandis que l’homme intempérant noie sa raison dans le vin pur.

Toutefois les meurs ont bien changé. Les amateurs de vin le boient maintenant avec modération pour vraiment pouvoir l’apprécier. Cette pratique a l’avantage d’avoir des effets positifs sur la santé. Mais aussi il rend toute sa noblesse au nectar des dieux antiques.

 

Avec l’évolution constante de la langue française, nous sommes curieux de voir comment cela va se transformer et quelles expressions vont pouvoir en découler….