13 novembre 2019

L’amour du vin en Provence – confessions d’une fille de Lambesc

l'amour du vin en Provence

L’amour du vin en Provence, un beau titre pour un livre non ? Ce sera seulement aujourd’hui le titre de ce nouvel article du blog…. Un article un petit peu différent où je vais vous parler de choses personnelles et me dévoiler…

Je suis une fille de Lambesc

L’auteur de ce blog, c’est moi, Nathalie Collomb. La petite fille du fondateur du Domaine des Oullières, Louis Ambrosio. J’ai pris mes fonctions au domaine familial l’année dernière.

Je suis la fille de Mireille et la sœur de Sébastien, avec qui je travaille en compagnie de mon oncle, Daniel, mon cousin, Nicolas, ma belle sœur Marie et notre caviste Bruno.

L’endroit que j’appelle ma maison, c’est les Oullières, notre ferme à Lambesc, là où j’ai vécu toute mon enfance. Ce sont mes racines. Tous les matins en ouvrant mes volets et en sortant de la maison, j’ai vu nos belles vignes qui surplombent le village de Lambesc, mon village auquel je suis si attachée.

J’ai toujours vu mon grand –père, mon père, ma mère, mon frère, oncles et reste de la famille travailler la vigne. Il faut dire que quand j’étais petite, j’étais plus intéressée par les livres que par la vigne…. Et que quand il fallait aller vendanger à la main petite, j’y allais plutôt à reculons qu’en courant… Mais l’amour de la vigne et du vin est dans les gènes. Il m’a fallu du temps mais m’y voilà bien revenue.

L’amour du vin en Provence – pourquoi ?

Des personnes me demandent pourquoi je reviens travailler sur le domaine familial. C’est vrai  que j’ai baroudé, j’ai fait des longues études, vécu à l’étranger, monté ma propre société… alors pourquoi revenir à ses racines comme cela ?

C’est vrai, je ne le cache pas, je suis revenue par loyauté pour ma famille, pour continuer à préserver et développer l’histoire que mon grand-père avait commencé à écrire. Mais j’ai bien analysé tout cela et en fait, c’est bien la passion et l’amour du vin en Provence qui m’anime et je vais vous donner les raisons…

J’aime la nature et être vigneron indépendant, c’est travailler AVEC la nature. Notre environnement est tellement beau, surtout dans notre région ! se promener dans nos vignes et voir de si beaux paysages, quel bonheur ! Prendre soin de nos vignes et voir comme elles nous le rendent bien au fil des saisons et des années…. Je suis tellement heureuse de pouvoir vivre au milieu de nos vignes plutôt que d’être entourée d’immeubles tout gris comme je l’étais à Londres ! Nous sommes en connexion avec la nature constamment et nous devons l’écouter. Et j’avoue je trouve cela ressourçant. J’y puise de l’énergie et un repos intérieur même si dame nature peut être parfois peu tendre avec nous ! Au final, elle nous donne bien plus que ce qu’elle nous prend.

Ensuite, j’ai retrouvé l’excitation que je pouvais avoir enfant à la période de Noël pendant les vendanges . Justement, cette dame nature nous fait un tel don ! et il y a toutes les surprises qui en découlent avec les caractéristiques de chaque récolte, de chaque parcelle ! C’est un moment tellement intense !

Après, il y a la période de vinification qui a tout de même quelque chose de magique. Bien sur, il y a un sérieux savoir faire, du professionnalisme, mais de voir comment ces jus de raisin si doux et si fruités peuvent se transformer en des vins aux caractéristiques si diverses selon comme ils sont travaillés.

 

Un métier noble et si riche

 

L’amour du vin en Provence est aussi en moi car c’est un métier noble. Il y a quelque chose de tellement gratifiant de faire déguster le fruit de son labeur ! Je suis aussi une bonne vivante, j’aime déguster le vin et l’esprit de convivialité et de plaisir qui se dégagent d’une dégustation de vins.

Travailler sur un vignoble c’est aussi une possibilité d’utiliser de manière presque illimitée sa créativité. Cela, bien sur en respectant le cahier des charges, peut s’appliquer au choix des cépages que nous décidons de planter, de comment nous nous occupons de la vigne, de comment nous vinifions notre vin et puis… les noms des cuvées, les créations des étiquettes, etc etc… c’est vraiment sans fin et il est vrai que cet aspect m’anime aussi beaucoup.

L’amour du vin en Provence c’est aussi travailler dans le temps.. c’est construire et développer un patrimoine… se dire par exemple que nous allons bientôt arracher les vignes que mon père avait plantées avec mon grand-père et que les nouvelles que nous planteront pourront peut-être être vendangées par les générations futures si elles partagent cette même passion. C’est tellement beau, humble et fort comme sentiment !

Le travail de vigneron indépendant c’est aussi tellement de métiers en un seul ! On travaille la terre, on travaille les vins, on fait de la gestion, de la vente, du marketing, bref la variété est là et on ne s’ennuie pas !

Un métier de rencontres

 

L’amour du vin en Provence c’est aussi rencontrer des belles personnes, qui aiment souvent les mêmes choses que moi, (la nature, bien vivre, boire de bon vins et la gastronomie par exemple) et qui partagent les mêmes valeurs. C’est non seulement rencontrer tellement de monde à travers tout le travail de la vigne et du vin mais aussi les personnes qui viennent au caveau découvrir nos produits ou celles que nous rencontrons en extérieur, parfois à l’étranger, pour leur faire découvrir nos vins.

Enfin, plus spécifiquement l’amour du vin en Provence, c’est aussi que cela se passe en Provence, dans notre belle région et plus particulièrement à Lambesc. Je suis fière de continuer à produire un des produits phares de notre si belle région….

Voilà pourquoi je suis heureuse de travailler entourée des miens au Domaine des Oullières…